Quand on touche aux sujets d’écologie, de durabilité, du “consommer moins mais mieux”, on fricote forcément un peu avec le concept de “minimalisme”.

Je ne me définirais pas comme pure minimaliste, mais je me souviens précisément du moment où cette démarche a fait sa petite place dans ma vie. Comme dans beaucoup d’histoires, tout a commencé par… Netflix ?.

J’étais tombée sur le documentaire “Minimalism” et je me suis pris une claque, franchement.

Le documentaire suit @theminimalists (aka Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus) sur les routes des États-Unis tandis qu’ils vont de conférences en conférences pour faire la promotion de leur livre sur le minimalisme. En bref, les minimalistes nous proposent de redéfinir notre idée du succès et de vivre plus intentionnellement avec moins.

Ils expliquent comment en se défaisant du surplus (qui nous donne l’illusion de nous rendre heureux), on simplifie sa vie, et on fait de la place pour ce qui compte réellement pour nous.

Une fois le documentaire fini, j’ai enchaîné sur un épisode de “l’Art du rangement” de Marie Kondo, cul-cul mais efficace.

Puis je me suis levée et j’ai commencé à trier, trier, chaussures, vêtements… Je me sentais légère, soulagée, presque euphorique !

Depuis, je continue à trier régulièrement, c’est à chaque fois un véritable combat interne, mais je tiens ! Et avant d’acheter quoi que ce soit, je me demande toujours “en ai-je vraiment besoin ?”, “est-ce que cela me rendra plus heureuse ?”

Et vous, elle ressemblait à quoi votre claque minimaliste ?

#minimalisme #moinsmaismieux #simplicité #maisonminimaliste #pasdesuperflu #essentiel #minimaliste #methodemariekondo #magiedurangement #minimalismchallenge #bonheursimple

Leave A Comment