Bien qu’ils aient le même aspect visuel, que les choses soient dites, un savon fabriqué par un industriel et un savon fabriqué par un artisan ne contiennent pas du tout la même chose et les procédés de fabrication sont très différents. Donc, soyons clairs, le fait qu’un savon soit “solide” n’est pas en soi un gage ni une garantie qu’il ne contiendra que des ingrédients “clean”. Voici donc les principales différences à garder en tête :

Matières nobles versus matières économiques.

Là où les savons artisanaux sont fabriqués à partir de matières premières nobles (olive, coco, karité) et souvent issues de l’agriculture biologique, une savonnerie aux méthodes industrielles se fournira principalement avec des ingrédients beaucoup plus économiques comme l’huile de palme ou la graisse de bœuf.


Procédé de fabrication à froid versus à chaud.

Le savon industriel est fabriqué à partir d’un processus de saponification à chaud, ce qui signifie que la pâte est chauffée à environ 100° pendant des heures, ou des jours. Conséquence ? Les huiles chauffées à forte température n’offrent plus aucune qualité cutanée, leurs actifs ayant été détruits lors de la cuisson industrielle. A la fin de la réaction, la soude caustique et la glycérine produite par la réaction sont éliminées des cuves. Avant d’être séchée, la pâte est lavée à l’eau salée pour éliminer la soude. Le sel quant à lui va absorber la glycérine. Conclusion, les huiles perdent leurs propriétés, le savon est privé de la glycérine naturelle et il n’y a pas de phénomène de surgraissage.

Fabrication à la main versus production mécanisée.

Le savon artisanal est fabriqué à la main (mélange, façonnage, découpage), tandis que la production d’un savon industriel est totalement mécanisée.

En saponification à froid, lorsque la préparation est prête, elle est coulée en moules. Lorsque le savon aura durci (généralement 24 heures après), viendra la découpe. Enfin, il faudra attendre 4 semaines pour que la cure (séchage) soit complète. Un processus qui nécessite attention et patience, là où le savon industriel sera fabriqué beaucoup plus rapidement ! Et pour cause, l’industriel achète des billes de savons toutes prêtes (bondillons), qu’il insert dans une machine qui sortira une savonnette toute belle à l’autre bout de la chaîne.

——

 

Indices pour repérer un savon industriel

 

Pour démasquer le savon industriel, lisez bien les étiquettes, et traquez les ingrédients suivants dans la composition :

  • Sodium palmate, huile de palme saponifiée
  • en langage INCI : les appellations suivantes indiquent la présence d’huile de palme : sodium palmate, sodium palm kernelate, palmitate d’Isopropyl, sodium lauryl sulfate… De manière plus globale, pour éviter l’huile de palme il faut rechercher les suffixes : Palm-, Capryl-, Lauryl-, Myrist-,Cetear-, Dodec-, Stear-.
  • sodium tallowate, suif saponifié
  • des agents de synthèse tels l’EDTA
  • les SLS et SLES, sont des détergents et tensioactifs, souvent présents dans les savons du commerce. Ils sont la plupart du temps issus de l’huile de palme. Se repérer sur les étiquettes : On les retrouve sous les noms suivants : Sodium lauryl sulfate, Sodium laureth sulfate, Ammonium lauryl sulfate, Sodium lauryl sulfoacetate, Sodium myreth sulfate…
  • des parabens
  • des parfums de synthèse

Leave A Comment